Troubles du comportement alimentaire

Les troubles du comportement alimentaire se caractérisent par une dérive des conduites alimentaires, soit par excès, soit par défaut. Les troubles modérés, tels que le grignotage, sont fréquents et n´entraînent généralement pas de conséquences sur le plan nutritionnel. Il n’en est pas de même de l’hyperphagie, la boulimie et/ou de l’anorexie mentale, qui peuvent avoir un retentissement beaucoup plus important sur la santé.

Les troubles alimentaires les plus courants

Les compulsions alimentaires : elles se définissent par une envie de manger subite que l’on souhaite satisfaire immédiatement sans faim réelle.

– L’ anorexie mentale : elle associe la phobie de prendre du poids (donc le besoin obsessionnel de maigrir) et la peur de manger (par peur de grossir). Elle se traduit par des restrictions alimentaires multiples qui génèrent un amaigrissement par dénutrition, des carences alimentaires provoquant aménorrhée (absence de règles), ostéoporose et état anxieux. L’anorexie mentale peut être restrictive ou boulimique (avec crises de boulimie).

– La boulimie : Il s’agit d’une perte de contrôle de l’alimentation avec ingestion de quantités importantes de nourritures. A ce besoin irrépressible de manger, s’ajoutent la peur de grossir et souvent d’évacuer ce qui a été mangé (vomissements, laxatifs, hyperactivité physique…).

L’ hyperphagie (ou BED : binge eating disorder) consiste à des accès boulimiques non compensés pour limiter la perte de poids.

– L’ orthorexie : elle se caractérise par l’obsession de manger « diététiquement correct ». Elle se traduit par une forte rigidité autour de l’alimentation avec des règles diététiques très strictes. Cette rigidité peut devenir maladive et anxiogène.

Enfin certaines formes rares de troubles du comportement alimentaire peuvent être diagnostiquées comme le pica (ingestion de substances non digestes telles que la terre, la craie, le papier …), le mérycisme (régurgitations et remastications d’aliments).

Quels que soient les symptômes, leurs fréquences ou leur gravité, une prise en charge et un accompagnement s’imposent.

Deux réponses positives à ce questionnaire peuvent révéler un trouble du comportement alimentaire

1. Vous faites-vous vomir parce que vous vous sentez mal d’avoir trop mangé ?

2. Vous inquiétez-vous d’avoir perdu le contrôle de ce que vous mangez ?

3. Avez-vous récemment perdu plus de 6 kg en 3 mois ?

4. Pensez- vous que vous êtes gros(se) alors que d’autres vous trouvent trop mince ?

5. Diriez-vous que la nourriture domine votre vie ?

Objectifs de nos consultations dans le cadre d'un TCA

Un suivi avec un diététicien-nutritionniste spécialisé est un axe important de la prise en charge. Un travail approfondi sur l’alimentation et le rythme des repas permet, par exemple, de réduire de 80% les crises alimentaires. Je vous propose de travailler les objectifs suivants :

Prévenir les complications liées aux TCA

Limiter et arrêter progressivement les crises

Réintroduire progressivement les “aliments interdits”

Réduire progressivement les crises

Se libérer peu à peu de la maladie

Pour aller plus loin vous pouvez contacter l’association anorexie boulimie Aveyron à rodez qui accueille des personnes de Onet le château, Luc la primaube, saint affrique et Lodève

BAPTISTE Amandine

Diététicienne – Nutritionniste

16 rue de la Condamine

12100 MILLAU

a.baptiste@madiet.net

Tel : 07.49.10.21.83

N° ADELI : 12 95 0074 0

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib